AJEAC

ASSOCIATION DES JEUNES DE L’ÉGLISE ARMÉNIENNE DU CANADA (AJEAC)

      La création des branches de l’Association des jeunes de l’Église arménienne du Canada (AJEAC), a insufflé une nouvelle vague de motivation et a renforcé la conscience communautaire auprès de jeunes arméniens de ce pays. Cela constitue également une nouvelle opportunité pour beaucoup de jeunes de connaitre mieux l’Église arménienne, son histoire, sa vie liturgique et de s’initier à sa beauté spirituelle. Aujourd’hui, on peut facilement trouver des membres de conseil paroissial, des délégués diocésains, des membres de l’Association des dames de paroisses, des diacres, des chefs de chœur, des choristes et des professeurs d’école du dimanche qui étaient ou qui sont toujours membres de l’AJEAC.

       Les 12 et 13 janvier 1946,  l’Association des jeunes de l’Église arménienne de l’Amérique (AJEAA), en anglais Armenian Church Youth Organization of America (A.C.Y.O.A.), a été formée par une assemblée fondatrice tenue à Providence au Rhode Island. Le fondateur et l’inspirateur de cette association de jeunes était l’ancien Primat de l’Église arménienne en Amérique du Nord, Son Éminence l’archevêque Tiran Nersoyan.

       L’ancien archevêque Tiran Nersoyan, un grand homme religieux, a fait tout pour créer un esprit de solidarité et apporter des objectifs clairs aux jeunes. C’est par une dévotion désintéressée qu’il a relevé cet énorme défi de soutenir les jeunes dans leur quête spirituelle et intellectuelle. Les rangs de l’AJEAA se sont rapidement accrus et le rêve de l’archevêque Nersoyan de préserver une présence active des jeunes dans l’Église arménienne s’est réalisé petit à petit. Étant sous la juridiction du diocèse de l’Amérique du Nord, les jeunes arméniens du Canada ont activement participé aux activités de cette association.

      La première branche canadienne a été fondée à Toronto en 1954. Un peu plus tard d’autres branches canadiennes ont été fondées à Montréal en 1958 et à Saint Catharines en 1962. L’Assemblée générale de l’AJEAA (A.C.Y.O.A) a tenu trois cessions au Canada, dont deux cessions à Toronto et une à Montréal. À cette même occasion, sur le sol canadien, les Fins de semaines sportives Sports Weekend) ont été organisé deux fois. En 1984, le diocèse du Canada de l’Église arménienne a fondé un organisme de jeunes arméniens, indépendant des  diocèses de l’Église arménienne des États-Unis.

      Après son élection au siège de Primat du diocèse de l’Église arménienne du Canada, l’archevêque Vazken Kéchichian a exposé ses vifs souhaits de fonder une association des jeunes de l’Église arménienne dans le diocèse nouvellement créé. Le 22 mai 1988, il a nommé un comité consultatif du Primat pour la jeunesse dont le but était la fondation et l’organisation de l’Association des jeunes de l’Église arménienne du Canada. Avec la nomination  du Très Révérend Père Hovnan Derderian comme responsable du comité pour la jeunesse, ce comité est devenu le premier conseil central de l’AJEAC. Le 28 mai 1988 s’est tenue une première assemblée présidée par Son Éminence l’archevêque Vazken Kéchichian. Durant cette assemblée et avec l’active participation des jeunes de Toronto et de Saint Catharines, sur la base de la constitution de l’AJEAA, a établi la constitution d’AJEAC et il a été décidé d’ouvrir des branches locales dans les autres paroisses.

     Du 18 au 20 juin 1988, à l’église de la Sainte-Trinité de Toronto a eu lieu la première Assemblée générale d’AJEAC, présidée par l’archevêque Vazken Kéchichian. Les délégués provenant de Toronto, de Montréal, de Saint Catharines et de Vancouver ont fermement décidé de consolider la fondation de cette nouvelle association. Jusqu’à la fin de l’année 1988 les autres branches ont été créées, et le nombre des membres des sections locales de l’AJEAC a considérablement augmenté. Lorsqu’aujourd’hui nous jetons un regard rétrospectif sur l’histoire de l’Association des jeunes de l’Église arménienne de l’Amérique du Nord, nous observons dans quelle mesure ce mouvement a joué un rôle important dans la consolidation et le renforcement de la communauté arménienne.

Laisser un commentaire

arrow