Visite Apostolique du pape François en Arménie

Du 24-26 juin, 2016, Sa Sainteté le Pape François, a fait un voyage apostolique en Arménie, la première nation à avoir embrassé la foi chrétienne. Sa Sainteté a appelé ce voyage un pèlerinage soulignant sa dimension spirituelle au pays d’Ararat.
Suite à une invitation de Sa Sainteté Karékine II, Patriarche Suprême et Catholicos de tous les Arméniens, et à l’occasion de la visite de Sa Sainteté le Pape François, une délégation du Canada, composée de Son Éminence Mgr Abgar Hovakimyan, Primat du Diocèse arménien du Canada, accompagné de M. et Mme Ohan et Anita Ohanessian, et M. et Mme Ardene et Christine Dervishian, s’est rendue en Arménie pour participer aux évènements officiels.
Le Pape a été accueilli à l’aéroport international « Zvartnots » d’Erevan par Karékine II, le Patriarche Suprême et Catholicos de tous les Arméniens, Son Excellence M. Serge Sarkisyan, Président de la République d’Arménie et la Première Dame Mme Rita Sarkisyan, les Fonctionnaires d’État et les Évêques de l’Église catholique et de l’Églises apostoliques arménienne. (Cliquez ici pour voir la vidéo de la cérémonie de bienvenue)

Par la suite, Sa Sainteté le Pape François et Sa Sainteté Karékine II, se sont rendus au Saint-Siège d’Etchmiadzine, où Saint Grégoire l’Illuminateur avait eu la vision de la décente du Fils unique de Dieu, pour une cérémonie religieuse de salut. Le Pape et le Catholicos ont prié ensemble dans le centre spirituel de tous les Arméniens pour la paix de leurs fidèles et pour le monde entier. (Cliquez ici pour voir la vidéo de la prière à Etchmiadzine)

Le même jour, le Pape François a effectué une visite de courtoisie au Président de la République d’Arménie, suivie d’une rencontre avec les autorités civiles et le corps diplomatique, au Palais présidentiel. Dans son discours, le Pape François a fait référence au génocide arménien, en disant : « malheureusement, cette tragédie, ce génocide, a été la première de la série déplorable des catastrophes du siècle passé, rendues possibles par des objectifs raciaux, idéologiques ou religieux qui obscurcissaient l’esprit des bourreaux au point même de la planification de l’anéantissement des peuples entiers. Il est si triste que – dans ce cas comme dans les autres deux – les grandes puissances avaient le regard ailleurs » (cliquez ici pour voir la vidéo de la visite au Président et la rencontre avec les autorités)

A la fin de la première journée du voyage apostolique, Le Pape a tenu une réunion privée avec le Patriarche Suprême et Catholicos de tous les Arméniens au Palais apostolique à Etchmiadzine.
Le samedi 25 Juin, 2016, lors de la deuxième journée de sa visite en Arménie, le Pape François, le Catholicos Karékine II et le Président de l’Arménie, se sont rendus à « Tzitzernakaberd », mémorial du génocide arménien, où Sa Sainteté a déposé une gerbe, a prié avec le Catholicos et les Évêques arméniens, a planté un sapin dans l’Allée du Mémoire et a rencontré des deorphelins-survivants du génocide arménien, qui avaient trouvé refuge au Castel Gandolfo, Palais des papes sur la décision du Pape Benoît XV et Pape Pie XI. À la fin, Sa Sainteté a écrit dans le Livre des invités du Musée du génocide, qui se lit: «Ici, je prie, mon cœur rempli de tristesse, afin qu’une telle tragédie ne se produise jamais, pour que l’humanité n’oublie jamais et qu’elle sache comment vaincre le mal par le bien. Que le Dieu assure la paix et la consolation pour le peuple arménien bien-aimé et pour le monde entier. Que Dieu protège la mémoire du peuple arménien. La mémoire ne doit jamais être diluée ou oubliée. La mémoire est la source de la paix et de l’avenir.» (Cliquez ici pour voir la vidéo de la visite du complexe mémorial de Tzitzernakaberd)

Après cette visite, Sa Sainteté le Pape François et Sa Sainteté Karékine II, ont pris la direction de Gyumri, deuxième grande ville d’Arménie, où le Pape a célébré la Messe sur la Place « Vartanants ». Ils ont visité ensuite la Cathédrale apostolique arménienne Notre-Dame des Sept Plaies et la Cathédrale catholique des Saints Martyrs. (Cliquez ici pour voir la vidéo de la Sainte Messe sur la place Vartanants)

Le samedi soir, une cérémonie œcuménique et de prière pour la paix a eu lieu sur la Place de la République à Erevan, présidée par Sa Sainteté Karékine II et Sa Sainteté le Pape François. Le Pape a exprimé l’idée qu’il était un honneur de se trouver sur ces hauteurs où, sous le regard du mont Ararat, même le silence semble parler. Là où le « khatchkar » – la croix de pierre – raconte une histoire singulière, liée à la foi robuste et d’immenses souffrances. Une histoire, il a poursuivi en disant, remplie de magnifiques témoignages de l’Évangile, à laquelle vous, le peuple arménien, êtes l’héritier. À la fin, le Pape François et le Catholicos de tous les Arméniens Karékine II ont arrosé le plant de vigne placé dans la terre ramenée des quatre coins de la planète, placée dans la maquette de l’Arche de Noé reposant sur un socle représentant le Mont Ararat, un message symbolique adressé au monde chrétien, de cette Arménie, la plus ancienne terre chrétienne, le pays de Noé et de la vigne, qui aspire la paix. (Cliquez ici pour voir la vidéo de la rencontre œcuménique et la prière pour la paix)

Le matin du dernier jour de la visite apostolique du Pape François, Sa Sainteté a rencontré les Évêques catholiques arméniens au Palais apostolique à Etchmiadzine.
Après la réunion, le Pape François a participé à la Messe célébrée par le Catholicos de tous les Arméniens Karékine II. La liturgie a été assistée par M. Serge Sarkisyan, Président de la République d’Arménie et la Première Dame Mme Rita Sarkisyian, M. Galust Sahakyan, Président de l’Assemblée nationale, M. Hovik Abrahamyan, Premier ministre, Les Primats Diocésains de l’Église apostolique arménienne, les membres du Conseil spirituel suprême, les bienfaiteurs de Saint-Siège d’Etchmiadzin, les délégués des diocèses à travers le monde, figures sociales et culturelles, les représentants des missions diplomatiques et des organisations internationales et de nombreux pèlerins venus de l’Arménie et de la Diaspora. Dans un discours à l’issue de la célébration, le Pape François a parlé de sa visite « déjà inoubliable » et a prié pour que les deux Églises «suivent l’appel de Dieu à la pleine communion et se raccrochent de lui.» Citant Saints Barthélemy et Thaddée « qui ont d’abord proclamé l’Évangile dans ces terres » et Saints Pierre et Paul « qui ont donné leur vie pour le Seigneur à Rome » François a dit qu’ils doivent sûrement se réjouir de voir notre affection et notre désir tangible de la pleine communion. » (Cliquez ici pour voir la vidéo de la Divine Liturgie à la Saint-Siège d’Etchmiadzin)

À l’issue de la Liturgie Divine, un déjeuner œcuménique eu lieu au Palais apostolique, accueilli par Sa Sainteté le Catholicos de tous les Arméniens, avec les Archevêques et les Évêques de l’Église apostolique arménienne, les Évêques catholiques arméniens et les Cardinaux et les Évêques de la suite papale.

Plus tard, les deux chefs de l’Église ont signé une déclaration commune et se sont engagé à promouvoir l’unité chrétienne dans le monde entier en approfondissant les relations entre les deux Églises historiques. Cliquez ici pour lire la déclaration en arménien et en anglais

Après avoir signé la Déclaration, Sa Sainteté le Pape François a rencontré les délégués et les bienfaiteurs de l’Église apostolique arménienne à la Résidence du Catholicos de tous les Arméniens. Cliquez ici pour regarder le rapport en arménien à propos de la signature de la Déclaration commune et de la réunion avec les délégués et bienfaiteurs

Le dimanche 26 Juin le pape François a terminé son voyage apostolique de trois jours en Arménie avec une visite du Monastère historique à « Khor Virap » au pied du mont Ararat où Saint Grégoire l’Illuminateur a été retenu prisonnier pendant treize longues années avant la conversion du roi Tiridate en 301, une conversion qui a conduit l’Arménie de devenir la première nation à adopter le christianisme comme religion d’Etat. Les deux dirigeants de l’Église ont prié ensemble et ont lâché deux colombes blanches symboles de paix vers le Mont Ararat biblique, situé à seulement quelques kilomètres en Turquie. (Cliquez ici pour voir la vidéo de la prière au monastère de Khor Virap)

De «Khor Virap» Sa Sainteté le Pape François a pris le chemin vers Zvartnots, Aéroport d’Erevan où une cérémonie de congé a eu lieu avec la participation de Sa Sainteté Karékine II, Son Excellence M. Serge Sarkisyan, Président de la République d’Arménie et la Première Dame Mme Rita Sarkisyan, les fonctionnaires de l’État et les Évêques des Églises catholiques et apostoliques arméniennes. (Cliquez ici pour voir la vidéo de la cérémonie de congé)

Sur son chemin de retour de l’Arménie à Rome, en réponse à la question d’un journaliste à « pourquoi avez-vous décidé d’ajouter ouvertement le mot « génocide » dans votre discours au Palais présidentiel », Sa Sainteté le Pape François a répondu: « J’ai toujours parlé des trois génocides du siècle dernier … toujours trois! Celui des Arméniens, celui de Hitler, et celui de Staline … Il y a des petits, il y a un autre en Afrique, mais c’est dans l’orbite des deux grandes guerres qu’il a eu lieu ces trois … je me suis demandé pourquoi … Mais là, je voulais souligner quelque chose d’autre, et je ne pense pas que je me trompe quand je disais: dans ce génocide, comme dans les deux autres, les grandes puissances internationales ont regardé ailleurs. Et c’était là le problème. Durant la Seconde Guerre mondiale, certaines puissances qui avaient photographié les chemins de fer qui conduisaient à Auschwitz, avaient la possibilité de les bombarder et ne l’ont pas fait. Dans le contexte de la Première Guerre, où était le problème des Arméniens? Et dans le contexte de la Seconde Guerre où était le problème d’Hitler et de Staline et après Yalta, de la région … et personne ne parle de cela. Il faut le souligner et poser la question historique: pourquoi ne l’avez-vous pas fait, vous les puissances? Je n’accuse pas, je pose une question. C’est curieux. Ils ont regardé la guerre, et tant de choses… mais pas les gens… et je ne sais pas s’il est vrai, mais je voudrais le savoir, que lorsque Hitler éliminait les Juifs, il a eu cette réaction «Mais qui se rappelle les Arméniens, faisons la même chose avec les Juifs.» Peut-être qu’il est un ouï-dire, mais je l’ai entendu dire cela. Historiens, recherchez et voyez s’il est vrai. Je pense que j’ai répondu. Mais je n’ai pas utilisé ce mot avec un esprit offensif mais c’est un fait objectif ».

arrow